« Ce ne sont pas les mots que Dieu cherche
chez vous, mais le coeur. » ( St. Augustin )
Il n’est pas facile d’aider quelqu’un qui souffre.

Même si l’on a souffert soi-même.

Car la souffrance enferme l’homme dans une sorte de cercle, de solitude qui n’est pas facile à briser.

Il arrive qu’on puisse établir une relation, une communication, mais souvent on peut seulement être seulement là, présent et silencieux auprès de celui qui souffre.

Ecouter sa plainte, sa révolte ou son silence. Ou encore simplement, lui tenir la main.

Ce n’est pas le moment des discours ni de bonnes paroles, mais celui de la communication et au sens fort de la compassion.

( Jean Vanier )




Prochaine réunion: 01.12.09
Sujet: Les ressources au milieu des crises et des maladies